Vous voulez recevoir la newsletter du chef?

Nous vous enverrons toutes les infos du restaurant Le Petibonum par email

Insrivez-vous!

C’est lundi…plutôt mardi dirais-je…

16
sept
2015

Un mardi où les gouttes d’eau choisissent leur aire d’atterrissage, un mardi où le niveau de conversation de la liste de soutien à Serge continue sa dégringolade quotidienne, un mardi où l’on entend les enfants jouer à ti kano dans les rigoles, un mardi où dame grenouille se refait un masque, un mardi où les rivières se transforment en spa pour écrevisses. C’est un mardi qui ressemble à tous les jours pour ceux qui bossent à « ma ville à moi », mais c’est mardi et avec un peu de retard vous lisez cette rubrique d’informations spontanées.

Au Carbet sur les terres du célèbre Jean-Claude notre-maire-à-tous (sauf à l’opposition) qui est avant-gardiste et téméraire comme nul autre politique, les balaous parlent de la réunion, les tortues s’ennuient des courses-poursuites avec les touristes, les dauphins répètent leur numéro pour les clients de Patrick. Roger quant à lui discute avec les grains de sable, Gail se remet de sa blessure, Christopher speaks English again and again, Jimmy rooucooule et notre petit cabri verdimornais va faire un passage formateur au bar ; le Steph est auprès de sa chérie pour des vacances bien méritées. Le sable est de retour grâce à Jésus notre sponsor officiel et Lolo en a profité pour installer ses jeux sur la plage, filet de badminton et autre slack line. Vous pouvez aussi lui confier les enfants, il s’en occupe très bien.

On profite pour retravailler quelques recettes : vous avez dû voir passer quelques photos sur Fess’ Bouk… Tous les vendredis soirs, pendant que les autres regardent des séries à la c.. sur leurs écrans, au Petibonum on danse le zouk. Les notes s’envolent jusqu’aux tuiles, les grains de sable se tassent sous les chaussures, les jupes volent et les pas tombent. Ambiance péyi matinik quoi. D’ailleurs une surprise vous attend cette semaine.

 

En ville dans le centre où tous s’encanaillent autour du pouvoir au sein de la CTM (Communauté Territoriale Martiniquaise pour les Gaulois) le Babaorum évolue  encore : le bois rouge martiniquais a remplacé le pin suédois et les anolis se régalent de l’étrenner. Bientôt les couvertures seront posées et, pour ceux qui ne l’ont plus vu depuis longtemps, vous aurez du mal à reconnaitre le Baba des intimes. Sauf que les courses de Martine n’ont pas changé, que les sourires de Richard enchantent toujours la cuisine, que le lambis de Jocelyne reste inégalé et que le mille feuille de M. Café c’est une tuerie. La fantastique équipe du Baba a le même palmarès que le Barça des champions…

Les mojitos sont – c’est vrai je dois le reconnaitre – les meilleurs de l’île.

Les travaux sont un peu gênants car on a réduit votre espace mais ça ne saurait trop trainer. On a hâte d’y être et puis c’est bientôt l’anniversaire, ce grand moment qui a marqué la Martinique depuis 19 ans : ça sera autre chose que les élections ! La carte des vins du Baba elle aussi vaut le détour…

 

Enfin de beaux jours à venir dans cette Martinique qui avance

Bonne bourre et bonne semaine à tous

biz a mes sœurs qui bossent, mon frérot qui récupère, aux amis du Québec qui se préparent pour « Martinique gourmande », à Béné qui retrouvera l’amour, à Sommala qui effeuille la vie, aux Martinache qui ne vont pas tarder, à Elsa dans ses montagnes, à Elliot le disparu, à Phiphi, Sophie et Mumu à la Réunion, à Neves au Sénégal et une pensée spéciale pour les migrants qui galèrent… Je conclus par la dédicace d’un désagréable à cette princesse qui fait plus que rêver quand le vent traverse sa chevelure Elsève, quand le soleil se pose sur son rouge à lèvres Dior, qui se couvre d’un simple carré Hermès quand l’alizé se rafraichit et qui transforme chaque seconde en élixir…

bonne bourre

Guy

Pas de commentaires

Laisser un commentaire